Comment favoriser l’égalité hommes-femmes dans vos projets ?

Les questions de genre : un axe majeur et transversal.

Dans son guide méthodologique « Dispositif d’appui aux initiatives des Organisations de la Société Civile » (2018), l’Agence Française de Développement détaille ses critères d’appréciation et de financement des projets. La prise en compte « d’objectifs transversaux liés au genre, à l'environnement et au climat  » est clairement explicité comme un « bonus« .

Ainsi, qu’elles soient l’axe principal de votre projet ou qu’elles s’inscrivent dans une démarche transversale et commune à vos actions, les questions de genre doivent être intégrées au cycle de vos projets.

Utiliser le concept de genre

« Le genre n’est pas un domaine spécialisé, c’est une grille de lecture de la société »* explique Françoise Thébaud. En effet, adopter une « perspective de genre » permet de comprendre et d’analyser comment sont construits socialement les genres dans une société et une temporalité données. Grâce à cette compréhension, il est possible de lutter contre les inégalités qui existent entre les groupes d’hommes et de femmes mais aussi en leur sein.

* F. Thébaud, « Sexe et genre » in M. Maruani, Femmes, genre et société, l’état des savoirs, La Découverte, 2005

Pourquoi intégrer cette notion dans vos projets ?

Le concept de genre est une grille de lecture indispensable pour appréhender la société dans laquelle se déroule votre projet. Il fournit des clés pour appréhender et déconstruire les relations de pouvoirs et de domination en place.

En outre, l’approche genre et développement avance que les relations inégales entre les personnes empêchent un développement équitable, et en particulier la pleine participation des femmes. Elle met ainsi en avant la nécessité de renforcer le pouvoir d’agir et l’autonomisation, que l’on appelle l’empowerment.

Comment inclure le genre dans vos projets et réduire les inégalités de façon pérenne ?

Il s’agit de permettre aux femmes d’avoir accès et de contrôler les ressources matérielles et intellectuelles pour qu’elles puissent participer activement aux prises de décisions. Par conséquent, l’approche genre et développement met plus l’accent sur les intérêts stratégiques et les capacités d’action des femmes que sur leurs besoins pratiques.

Concrètement, intégrer le genre dans le cycle de projet implique de se poser des questions à chaque étape du projet sur différents points :

1— QUELLE IMPLICATION, QUEL RÔLE, QUELLE PLACE sont donnés aux femmes et aux hommes dans le projet ;

2— COMMENT S’ORGANISENT LES RELATIONS entre eux ;

3— QUELS SONT LES EFFETS ET LES IMPACTS du projet sur :
– la situation des femmes et des hommes,
– les inégalités,
– les processus de transformation des rapports sociaux femmes-hommes.

Dans certains contextes et pour diverses raisons, il peut être complexe d’aborder les enjeux liés à l’égalité femmes-hommes. Il s’agira alors de contourner les réticences et les idées préconçues. Vous devez donc vous assurer que vos objectifs « genre » sont réalistes et adaptés à la durée et à la localisation du projet.

De plus, il est important d’identifier et de soutenir les actrices et les acteurs locaux investis sur ces questions. En effet, en échangeant autour de leur positionnement, des problématiques et des réticences qu’ils et elles rencontrent, il vous sera plus facile d’appréhender et d’agir dans ce contexte local.

Pour plus de conseils pratiques, consultez la fiche 4 (page 28 : Dans des contextes a priori peu favorables à l'égalité de genre: comment avancer ?) du Guide « Vivre le genre » du F3E.

Mais concrètement, le genre, qu’est-ce que c’est ?

Quelques éléments de définitions pour mieux comprendre cette notion

Le genre est un concept sociologique qui permet d’étudier les constructions sociales des différences entre le masculin et le féminin (dans une société et pour une période données). Par conséquent, il différencie le sexe biologique et le sexe social. En effet, la sociologue Ann Oakley avance que le sexe renvoie au biologique et le genre au culturel.

Ainsi, le genre s’apparente aux rapports sociaux de sexe. Il est donc le fruit d’une construction sociale qui assigne des rôles, des caractéristiques, des attributs et des représentations spécifiques à chaque sexe.

Le genre, un outil pour combattre les inégalités hommes/femmes

Les attributs assignés à chaque sexe ne sont pas placés sur un pied d’égalité. C’est ce que l’on appelle la valence différentielle des sexes : « partout, en tout temps et en tout lieu, le masculin est considéré comme supérieur au féminin »* explique ainsi Françoise Héritier.

Ainsi, ce concept nous permet d’interroger et d’étudier les inégalités entre les hommes et les femmes en les considérant comme des rapports de pouvoir et de domination pouvant être déconstruits. En effet, les différences entre les hommes et les femmes sont socialement construites et hiérarchisées (dans les représentations et dans les faits). Par conséquent, les inégalités ne sont pas considérées comme une fatalité.

Appréhendées de cette manière, il est plus simple de comprendre pourquoi le concept de genre offre des clés pour mieux combattre les inégalités entre les hommes et les femmes dans vos projet de coopération.

Pour terminer cette rapide présentation, il est important d’aborder brièvement la notion d’intersectionnalité dont l’américaine Kimberlé Crenshaw est à l’origine. Elle désigne la situation d’individus qui subissent de façon simultanée plusieurs formes de discrimination (en raison de leur couleur de peau, leur orientation sexuelle, leur classe sociale, etc). En savoir plus

* F. Héritier, M. Perrot, S. Agacinski et N. Bacharan, La plus belle histoire des femmes, Seuil, 2011

Ressources

Définitions et concepts

Outils et guides pratiques

Genre et Développement

Actions d’urgence et humanitaire

tout savoir sur l’Agora
Objectifs de développement durable
Panorama des projets

Occitanie Coopération

Occitanie Coopération est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, dédié à la promotion, l’accompagnement, et le développement de programmes ou d’actions de solidarité ou de coopération internationale. Elle déploie son action autour de cinq missions : observatoire régional, animation territoriale, appui aux porteurs de projets, éducation à la citoyenneté mondiale, appui et relais des politiques publiques concernées. Occitanie Coopération fait partie des douze Réseaux régionaux multi-acteurs des coopérations et des solidarités internationales implantés en France.

Informations pratiques

Bureaux
Parc technologique du Canal
7, rue Hermès – Le Périscope
31520 RAMONVILLE

c/o Agence de l\’eau RMC
219 rue Le Titien, LeMondial
34000 MONTPELLIER

Siège
Hôtel de Région, 22 bd du Maréchal Juin
31406 Toulouse cedex 9

Contact
Tél : 05 32 26 26 73

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Région Occitanie
Agence de l'Eau Adour-Garonne
Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse
Fondation Pierre Fabre
Toulouse Métropole
Le Sicoval
Le FONJEP
Service Civique