Comment prendre en compte l’interculturalité dans vos projets ?

L’interculturalité : une thématique au cœur des projets de coopération

©Terres en Mêlées

Tout projet de coopération au développement implique un travail en commun au sein d'équipes mixtes d'un point de vue culturel ou entre équipes d'organisations partenaires. Cette démarche permet ainsi d’impliquer des personnes ayant des conceptions, des comportements, des habitudes, des perceptions très variés du fait de leurs origines culturelles et géographiques multiples.

Ce approche interculturelle est assurément une richesse pour les parties prenantes ; mais c’est surtout une nécessité. En effet, tout projet de coopération internationale fonctionne selon une logique partenariale. Les acteurs locaux doivent être pleinement investis, notamment pour être sûr que le projet soit cohérent et réponde à un besoin réel. Ainsi, les différents partenaires vont être amenés à travailler ensemble, sur un territoire défini. Sur cet espace, les modes de fonctionnement et de perception vont se rencontrer.

Qu’est-ce que l’interculturalité ?

Par la mondialisation et la circulation des informations et des individus, nous avons la sensation que le monde est plus petit, plus accessible et mieux connu. Pourtant, les problématiques liées aux représentations de l’altérité et à l’acceptation des différences restent des enjeux majeurs.

L’interculturalité est une notion dont les contours sont parfois flous. Il est en effet difficile de proposer une définition fixe adaptée aux différents contextes. De façon générale, elle est présentée comme l’interaction et la communication entre les cultures, dans le respect de la diversité. Elle vise donc à faciliter la cohésion, l’intégration et la compréhension des différentes cultures, sans perdre son identité ni pousser l’autre à s’éloigner de la sienne.

L’interculturalité est une posture, une façon de se positionner lors des échanges et de la coopération avec autrui. C’est donc un enjeu primordial, autant pour l’efficacité des projets que pour l'enrichissement personnel des parties prenantes et des bénéficiaires. Ainsi, la culture doit être comprise comme un outil de réussite et d’appropriation de vos actions et non comme une entrave pour le bon déroulement de celle-ci. L’inter-culturalité est également un impératif puisque l’efficacité et la pérennité des projets découlent de la capacité à prendre en compte et intégrer les dimensions culturelles.

Quels sont les risques ?

© Plateforme humanitaire et de solidarité de l’Hérault

Dans un contexte étranger, le fonctionnement local et les interactions entre individus peuvent nous interroger. Face à cette réalité nouvelle, nous pouvons être tentés de réagir par des automatismes qui proviennent de notre propre culture. De façon générale, ces réactions peuvent prendre deux formes :

  • Vous pouvez vous reposer sur les connaissances que votre culture a construites et véhiculées sur celle de l’autre. Ce sont ce qu’on appelle les préjugés. Ils sont généralement le fruit de connaissances datées, partielles et négatives. En s’appuyant sur ces idées pré-construites, votre posture est souvent critique et empêche toute tentative de compréhension et d’adaptation au contexte local.
  • Vous pouvez chercher à répondre, interpréter, réagir et vous comporter en appliquant les réponses, interprétations, réactions et comportements de votre culture sur celle de l’autre. C’est ce qu’on appelle l’ethnocentrisme. Il consiste à ériger son propre système de valeurs comme universel, c’est-à-dire à considérer les valeurs et les normes de son groupe d’appartenance comme partagées par tout le monde. En interprétant ce nouvel environnement en lui appliquant le fonctionnement de votre société, vous ne pourrez pas être en mesure de le comprendre ni de vous y adapter.

Quelles sont les solutions ?

Face à ces réactions “par automatisme”, il est important de prendre du recul pour adopter un comportement qui s’inscrive dans une démarche interculturelle. Pour cela, différentes options (non exhaustives) s’offrent à vous :

SE DÉCENTRER DE SOI en quittant son système de référence. Cela consiste à se mettre à la place de l’autre et à ne pas le voir comme une simple réplique de soi.

QUESTIONNER SES PROPRES MODES DE FONCTIONNEMENT : comportement, réactions, rapport à autrui, etc. L’objectif de cette introspection est de percevoir ce qui découle de notre socialisation* et ce qui est lié à notre propre personnalité.

COMPRENDRE LA SOCIÉTÉ DANS LAQUELLE VOUS VOUS IMPLIQUEZ. Il faut ainsi s’éloigner des formes de jugements ethno-centrés (c’est-à-dire comparer cette culture avec la vôtre) et s’informer sur les fondements et traditions qui l’ont forgée.

*La socialisation est une notion très utilisée en sociologie. Elle fait référence à l’acquisition et l’intériorisation des modèles culturels, des pratiques, des normes sociales, des codes symboliques, des règles de conduite et des valeurs de la société dans laquelle vit l’individu.

Ressources

Outils et guides pratiques

© Via Brachy

Pour aller plus loin

tout savoir sur l’Agora
Objectifs de développement durable
Panorama des projets

Occitanie Coopération

Occitanie Coopération est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, dédié à la promotion, l’accompagnement, et le développement de programmes ou d’actions de solidarité ou de coopération internationale. Elle déploie son action autour de cinq missions : observatoire régional, animation territoriale, appui aux porteurs de projets, éducation à la citoyenneté mondiale, appui et relais des politiques publiques concernées. Occitanie Coopération fait partie des douze Réseaux régionaux multi-acteurs des coopérations et des solidarités internationales implantés en France.

Informations pratiques

Bureaux
Parc technologique du Canal
7, rue Hermès – Le Périscope
31520 RAMONVILLE

La Halle Tropisme – Bureau 36
121 rue Fontcouverte
34070 MONTPELLIER

Siège
Hôtel de Région, 22 bd du Maréchal Juin
31406 Toulouse cedex 9

Contact
Tél : 05 32 26 26 73

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Agence Française de Développement
Région Occitanie
Agence de l'Eau Adour-Garonne
Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse
Fondation Pierre Fabre
Toulouse Métropole
Le Sicoval
Le FONJEP
Service Civique