Avant de se lancer

Solidarité internationale, coopération internationale : de quoi parle-t-on ?

On distingue différentes formes d’intervention impliquant des logiques de mise en œuvre et de suivi différentes :

Les programmes d'urgence ont pour but de répondre au plus vite aux besoins vitaux en situation exceptionnelle. Ils requièrent l'intervention de professionnels formés et habitués à ces contextes très spécifiques.

— Les projets caritatifs renvoient à une logique d'assistanat et de dons, mais permettent difficilement une amélioration durable des conditions de vie des populations locales.

— Les projets de développement visent la résolution durable de problématiques économiques, sociales, culturelles ou politiques exprimées par les populations locales qui sont impliquées dans la mise en œuvre du projet. Ayant pour but de contribuer à l'atteinte des 17 Objectifs de développement durable établis par les Nations Unies, ces projets se placent nécessairement dans un cadre spatio-temporel défini en partenariat, permettant l'autonomie des bénéficiaires sur le long terme.

7 QUESTIONS AU DÉPART DE LA RÉFLEXION

QUOI : qu’est ce que je veux faire ?
POURQUOI : d’où me vient cette idée ?
POUR QUI : à qui profitera l’action ?
QUI : suis-je tout seul ou en groupe pour porter le projet ?
: quelle est la portée géographique de mon projet ?
QUAND : quelle sera la durée de mon projet ?
CRITÈRES : sur quels critères pourra-t-on évaluer la réussite du projet ?

Les fondamentaux

→ Le projet doit être défini dans le temps : il part d'une situation de départ: un besoin exprimé localement, pour arriver à une situation finale dans laquelle les bénéficiaires sont devenus autonomes. Les actions mises en place pour parvenir à cela n'ont pas vocation à durer plus de deux ou trois ans.

→ Le projet doit être construit en partenariat : celui-ci peut prendre la forme d'une organisation formelle ou informelle permettant de faire le lien avec les bénéficiaires. Il s'agit avant tout de se demander “pourquoi et pour qui est mené le projet” : à qui profitera l'action et comment ceci est pris en compte dès le départ dans le processus d'écriture du projet.

→ Le projet doit prendre en compte le contexte local : l'analyse de la situation locale, l'expression des besoins initiaux, la prise en compte des acteurs en présence sur le terrain est nécessaire pour permettre au projet d'être réalisable et pérenne. C'est l'étape préalable du diagnostic, qui s'appuie sur les connaissances du partenaire sur le terrain.

→ Le projet doit répondre à des objectifs précis :

  1. un objectif principal : c'est l'objectif général que le projet tente d'atteindre, en lien avec les ODD, Le projet n'a pas vocation à atteindre l'objectif principal dans sa totalité mais il doit chercher à y contribuer.
  2. des objectifs spécifiques : ce sont les objectifs concrets à atteindre, qui contribuent à l'objectif principal. Il est conseillé de ne pas les multiplier et de rester relativement concis, afin d’éviter de faire plusieurs projets en un. Ils peuvent être formulés selon un l'acronyme aide-mémoire anglais: smart.
    spécifique, clair et simple : une idée par objectif
    mesurable, quantifiable par des indicateurs
    accepté par les parties prenantes au projet
    réalisable avec les moyens humains, techniques et financiers disponibles
    time-bond, c’est-à-dire avec une échéance qui permettra de procéder à une évaluation.
  3. Le projet doit être planifié : chaque objectif spécifique doit être décliné en actions concrètes, précises et permettant d'atteindre des résultats attendus. Les résultats, mesurés grâce à des indicateurs préalablement définis, permettront de démontrer l’atteinte des objectifs spécifiques. L'ensemble des activités répond à une chronologie exprimée sous la forme d'un calendrier. Ainsi, le projet limité dans le temps, peut laisser place à l'autonomie des bénéficiaires.
  4. Le projet doit être durable : le projet de développement n'a jamais pour vocation de durer : une fois les deux ou trois ans écoulés, la solution mise en place doit être pérenne, c'est à dire prise en charge par les bénéficiaires. C'est pour cela que l'implication du partenaire joue un rôle clé dans la définition et la mise en oeuvre du projet, qui doit inclure des éléments garantissant son maintien sur le long terme : actions de formation, maintenance, activités génératrices de revenu, comité de gestion, etc.

EN SAVOIR PLUS

Occitanie Coopération accompagne ses adhérents dans l’élaboration et le montage de projets. N'hésitez pas à nous contacter par mail ou téléphone.

Occitanie Coopération propose un programme de formation pour les porteurs de projets souhaitant monter en compétences sur ces sujets. La participation est ouverte à tous sur inscriptions.

Occitanie Coopération

Occitanie Coopération est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique, spécialisée dans la coopération et la solidarité internationale. Elle déploie son action autour de cinq missions : observatoire régional, animation territoriale, appui aux porteurs de projets, éducation à la citoyenneté mondiale, appui et relais des politiques publiques concernées. Occitanie Coopération fait partie des douze Réseaux régionaux multi-acteurs des coopérations et des solidarités internationales implantés en France et reconnus comme tels par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Informations pratiques

Bureaux
Parc technologique du Canal
7, rue Hermès – Le Périscope
31520 RAMONVILLE

c/o Agence de l\’eau RMC
219 rue Le Titien, LeMondial
34000 MONTPELLIER

Siège
Hôtel de Région, 22 bd du Maréchal Juin
31406 Toulouse cedex 9

Contact
Tél : 05 32 26 26 73

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Région Occitanie
Agence de l'Eau Adour-Garonne
Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse
Fondation Pierre Fabre
Toulouse Métropole
Le Sicoval
Le FONJEP
Service Civique