1er éco-village du sport pour le développement en Afrique (Antsepoka, Madagascar)

Le projet vise à expérimenter une nouvelle approche du développement des communautés qui se base sur plusieurs années de recherche et d'expérimentation de Terres en Mêlées dans le domaine de l’éducation par le sport (rugby) en zone rurale et côtière sur le continent Africain. En s’entourant de partenaires opérationnels spécialisés dans l'agro agriculture, l'éducation de qualité, la recherche et la conservation du milieu marin et forestier, nous avons le pouvoir de réaliser puis d’évaluer l’impact du 1er éco village du Sport pour le Développement.

L’objectif prioritaire est de renforcer l'éducation de base des enfants et des jeunes de cette région isolée en s'appuyant sur une pédagogie qui mêle sport, pêche durable, agriculture et conservation du milieu marin et du milieu forestier.

 

A terme, la finalité sera de conceptualiser une approche éducative et environnementale innovante favorisant l'atteinte des ODD dans ces zones isolées, rurales et marginalisées de la grande île, qui puisse se déployer sur d’autres pays du continent africain (Burkina Faso, Maroc, Togo).

 

             

Contexte

Le village d'Antsepoka compte 2 000 habitants côtiers dont une majorité de Vezo et  quelques familles de l’ethnie Mikéa. La communauté Vézo de pécheurs semi-nomades utilise des techniques de pêche traditionnelles comme le harpon, les pics, les filets ou encore les pirogues à voile. Cette ethnie est une des dix huit que compte officiellement la Grande Île ; c'est leur attachement à la mer qui les caractérise. Le Vezo, c'est celui qui est à l'aise sur sa pirogue sur la mer et c’est la raison pour laquelle ils sont si dépendants de l'environnement marin et côtier, non seulement en ce qui concerne leurs ressources alimentaires mais aussi pour leur transport, leurs revenus et leur identité culturelle.

Présentation de l’ethnie Vézo : 

La culture Vezo est fondée sur le mythe de la mer comme mère nourricière. Dans la tradition, ceux qui ne la respectent pas sont punis. Dès la naissance, les restes du cordon ombilical sont disposés dans un coquillage que l'on jette à la mer comme offrande pour sceller le destin du nouveau né. Dès l'âge de cinq ans, ils sont initiés à l'art de la navigation et de la pêche. 

Tout ces éléments font que les Vezo sont les meilleurs pêcheurs de Madagascar. Que ce soit à pied ou en pirogue. Leurs techniques de pêche les poussent à rester de longues minutes en apnée à des dizaines de mètres sous l'eau. Par exemple, à Andavadoako, les pécheurs n'utilisent pas de bouteilles de plongée pour ramasser dans les fonds marins les janga, les concombres de mer ni pour chasser les poissons, les poulpes ou les langoustes. 

Une partie des produits de la pêche est ensuite vendue ou échangée contre divers marchandises comme du riz, du sucre, du manioc, des roseaux ou du vondro. Leurs pirogues, construites en farafatse (bois spécial), sont de parfait moyens de transports pour partir en mer. Chargées de masques, harpons, filets et hameçons,  elles permettent à tous de pécher. 

Historiquement, ce sont des semi-nomades marins qui voguent au fil des lieux de pêches. Ils dorment sur la plage dans des tentes faites d'espars et de la voile de leur pirogue. Tout au long de l'année, ils vont visiter leurs familles disséminées dans les différents villages de la Côte Saphir et attendent la saison froide asotry (de juin à septembre) pour aller pêcher plus au large ou à certains endroits réputés de la côte. Le froid leur permet de mieux conserver le poisson et ainsi partir pêcher plus loin et donc plus longtemps. Cependant, cette tradition se perd peu à peu puisque l'épuisement des ressources les pousse à migrer et l'espoir d'une vie meilleure les attire dans les grandes villes en particulier à Tuléar et à Morombe.

La vie sociale et religieuse est quant à elle rythmée par des cérémonies : soriste et fandeha (mariage), funérailles, bilo (rituel de guérison), savatsy (circoncisions). Les ancêtres sont aussi célébrés voire divinisés à travers les trombas (des rituels de transe spectaculaires). Les Vezo aiment aussi faire la fête ; ils se retrouvent le soir à écouter du tsapiky sur des enceintes grésillantes et regardent les somonjara danser le kininike et en buvant du rhum dans un épibar local.

Même si la communauté Vezo s'étend sur une région de plus en plus vaste, leur principale territoire reste la côte entre Tuléar et Morombe que Terres en Mêlées a nommé la Côte Saphir. Dans cette zone ils sont en contact régulièrement avec les Masikoro ou les Mikea qui vivent dans les forêts environnantes. 

Présentation de l’ethnie Mikea : 

Comme les Vezo sont en constante interaction avec eux, il convient de présenter cette ethnie. Certains ethnologues font le parallèle entre les Vezo, semi-nomades de la mer et les Mikea, semi-nomades de la forêt. Les Mikéa sont considérés comme un des derniers peuples premiers de la planète et ils vivent en totale autarcie dans la forêt épineuse qui porte leur nom.

Ce sont donc des chasseurs-cueilleurs qui vivent dans la forêt sèche et épineuse des Mikea. D'origine sakalave (qui renvoie plutôt à un mode de vie qu'à un groupe ethnique), les campements familiaux sont à l'origine ceux des personnes vivant des plantations de maïs aux abords de la forêt en saison des pluies et qui se rendent dans la forêt riche en tenrecs et autres gibiers en saison sèche mais aussi en tubercules aqueuses qui assurent leurs besoins quotidiens en eau.

Ils entretiennent des relations avec les pécheurs Vezo d’Antsepoka et les cultivateurs/éleveurs Masikoro avec lesquels ils échangent leurs produits.

Historique du projet:

En 2014, Pierre Gony découvre le village d'Antsepoka pour la première fois lors d'une  expédition de 34 jours dont l'objectif était de développer l'éducation par le rugby sur  cette zone isolée de Madagascar et particulièrement marginalisée sur le plan éducatif.  Durant cette expédition, il fit également la rencontre de Julia alors étudiante en biologie marine qui deviendra ensuite son épouse et ensemble ils ont eu 2 enfants Jasmyne et Paul.

Depuis cette rencontre, le couple a œuvré avec leur équipe éducative au sein de Terres en Mêlées Madagascar pour que la magie opère entre le rugby et les enfants de la Côte Saphir. Mais c’est précisément dans ce minuscule village privé d'école qu'un beau jour le destin d'une des jeunes filles du village a basculé. Marcelia avait tout juste 13 ans et portait son enfant Christiano dans les bras lorsque Pierre et Julia la rencontrent.

Immédiatement, ils décèlent en elle un immense talent pour porter la voix de l'émancipation féminine au sein de sa communauté et elle devient l'héroïne du film La jeune fille et le ballon ovale du réalisateur Christophe Vindis qui est sorti sur les écrans de télévision « France O » et de cinéma en 2018. 

Quel fabuleux destin que celui de Marcelia qui a fut désignée femme de l'année 2019 à  Madagascar par la 1ère dame du pays puis elle donna le coup d'envoi de France Pays de Galles au Stade de France et enfin elle fut l'ambassadrice Société Générale à la Coupe du monde de rugby 2019 au Japon. Son impressionnant parcours a ainsi permis de faire connaître son village, la culture Vézo et a montré une incroyable  combativité pour s'émanciper et faire entendre la voix des femmes dans le sud-ouest de Madagascar. 

Face à autant d'engouement et de retour positif pour le village et les habitants d'Antsepoka, le village a offert un terrain de 10 000 m2 pour que Terres en Mêlées Madagascar puisse lancer le programme Village École Active et répondre à deux besoins exprimés par la communauté: 

  1. favoriser l'éducation pour les enfants du village et des villages proches, 
  2. œuvrer pour la conservation de l'environnement et accompagner la communauté à faire face à l'insécurité alimentaire qui sévit dans la région.

En juillet 2019, Terres en Mêlées Madagascar a débuté la construction de l’éco village dédié à l'expérimentation éducative, sociale et environnementale et le chantier prendra fin en janvier 2022. En parallèle, l'ambassade de France à Madagascar a financé le salaire des enseignants de l'EPP d'Antsepoka ainsi que la construction d'une troisième salle de classe en 2020, puis en 2021 le Secours Populaire a pris le relais en finançant la cantine scolaire pour tous les enfants scolarisés ainsi que le salaire des 3 enseignantes et de la directrice de l’EPP du village.

Publics concernés

  • 1500 enfants scolarisés dans les EPP des 5 villages que sont: Antsepoka, Kitanbana, Andalambezo, Tampolove, Bevoitsy
  • 50 enseignants FRAM (communautaires)
  • 150 jeunes éducateurs trices sportives de la ville de Tuléar
  • 100 jeunes éducateurs.trices sportifs et éco-volontaires (France, La Réunion, Togo, Burkina Faso)

Partenaires locaux

  • Office du tourisme de Tuléar
  • Commune rurale de Befandefa
  • Salary Bay
  • Mikea Lodge
  • Ambatovaky Lodge

Objectifs du projet

  1. Concevoir et mettre en œuvre le programme Village Ecole Active qui vise à favoriser à la demande des habitants du village d'Antsepoka d’accès à l'éducation de base des enfants, et des filles en particulier, afin de leur offrir des perspectives d'avenir sur le plan de la scolarisation, de la formation professionnelle, de la conservation des espaces marins et forestiers de la Côte Saphir et encourager l'accès à la mobilité et à l'ouverture culturelle. 
  2. Conceptualiser une approche éducative et environnementale innovante favorisant l'atteinte des ODD dans des zones isolés, rurales ou marginalisées du continent africain.  
  3. Favoriser l'émergence d'un lieu entièrement dédiée à l'innovation éducative qui ait un impact positif sur le plan écologique, social et économique auprès des populations locales et plus particulièrement auprès des femmes et des jeunes des ethnies Vézo et Mikea.
  4. Développer des partenariats stratégiques, durables, locaux et régionaux avec le monde du sport, de l'éducation, de l'environnement et du tourisme intégré.
  5. Permettre à Madagascar de mener un projet innovant de coopération internationale par le biais de l'éducation au développement par le sport. 
  6. Démontrer sur une vision long terme que l'éducation par le sport a un impact social réel, mesurable et soutenable en faveur de l'émancipation féminine répondant aux lignes d'engagement RSE des entreprises et des institutions.

Activités

Les 3 piliers du programme Village Ecole Active

1- Le volet Mer et Terre

  • Atelier de création de jardin potager entre les Mikéa et les Vézo
  • Atelier pêche durable entre les Vézo et les Mikéa
  • Compostage communautaire entre dans les 5 villages engagés dans le projet
  • Elevage de chèvre dans les 5 villages
  • Atelier cuisine et fabrication du pain au four solaire dans l’éco village d’Antsepoka
  • Atelier confection de savon et dentifrice naturel dans l’éco village d’Antsepoka

2- Le volet  Sport & Environnement

  • Play&Baobab (concept de jeu et activités sportives autour de la forêt de baobabs)
  • Play&Corail (concept de jeu et activités sportives autour de la barrière de corail)
  • Play&Rugby (concept d'animation sportive durant une randonnée en pleine nature)

Ces 3 concepts reposent sur la même philosophie inspiré de ce lieu magique qui est de connecter l'activité sportive à son environnement afin d'opérer une expérience unique, ludique et authentique. Cette approche naturaliste du pouvoir du sport à vocation à être expérimentée, évaluée puis développée car elle prend compte de l'environnement naturel et le transforme en terrain de jeu et d'expression.

Elle entend par ce biais favoriser l'atteinte des objectifs de développement durable en utilisant et valorisant les ressources du territoire afin de mieux les préserver et de les développer par la suite.

Le volet Art / Culture Vézo et Mikéa

  • Soirée d'échanges interculturels autour du théâtre forum
  • Exposition photo permanente Terres en Mêlées, projection du film La jeune fille et le ballon ovale tourné à Antsepoka
  • Jumelage entre l'EPP d'Antsepoka avec une école primaire de la ville de Marseille
  • Soirée Tour du Monde animé par les Terres en Roues Libres http://www.terresenroueslibres.com
  • Résidence d'artistes occasionnelle

Résultats

  • Le programme Village Ecole Active a été conçu, testé et validé au niveau de son impact social auprès de 1500 enfants scolarisés dans les 5 villages  de la zone (dont l’éco village d’Antsepoka) 
  • Des cantines scolaires fournissent un repas équilibré à chaque enfant scolarisé dans les 5 EPP impliqués dans le projet
  • 3 séminaires de formation sont organisés chaque année réunissant des jeunes éducateurs-trices malgaches et des experts de l’éducation, de l’agriculture et de la conservation de l’environnement 
  • Un tournoi international de rugby VII mixte couplée à une course  traditionnelle de pirogue  est organisé chaque année et permet de générer des fonds pour financer le programme Village Ecole Active

  • 2 offres « Vacances Sauvages » ou « Vacances  Sportives » sont proposées et permettent d’accueillir des familles / groupes de jeunes sportif et/ou d’éco volontaires dans l'éco village sur des courts (3  jours) / moyens séjours (7 jours). Les bénéfices générés permettent de financer le programme Village Ecole Active

  • Création de l'aire protégée marine et terrestre autour de l’éco village d’Antsepoka en collaboration avec les  autorités locales

Projet En cours

Date de début : août 2021
Date de fin : janvier 2026

Pays d’intervention : Madagascar
Localité : Antsepoka, Madagascar
Secteur(s) d'intervention : Agriculture - Souveraineté alimentaire, Biodiversité, Culture, Éducation, Enseignement - Formation, Gouvernance, Mobilité – Volontariat, Patrimoine

Objectif(s) de Développement Durable


Financeur(s) régional(aux) : Région Occitanie
Financeur(s) national(aux) : Min. de l’Europe et des Affaires étrangères
Autre(s) financeur(s) : Secours Populaire, ASM Clermont Ferrand, Comité de rugby de la Réunion, Sport et Développement (AFD) , Synergie Family, PLAY International

TÉLÉCHARGER LA FICHE DU PROJET
Terres en Mêlées
ADHÉRENT

Terres en Mêlées (TEM)

39 avenue Emmanuel Maignan, 31200 Toulouse

Site Web

Représentant : M. Pierre Gony (Diirecteur)

Terres en Mêlées a pour vocation de contribuer au développement de l’éducation physique de qualité en Afrique et favoriser l'accès aux droits fondamentaux. L'association s’appuie sur un réseau de structures dédiées à l’innovation éducative dont l’action s’articule autour de la pratique sportive, la promotion de la paix, l'égalité des genres et l'insertion sociale et professionnelle des jeunes.

Occitanie Coopération

Occitanie Coopération est une association loi 1901 reconnue d’intérêt général, dédiée à la promotion, l’accompagnement, et le développement de programmes ou d’actions de solidarité ou de coopération internationale. Elle déploie son action autour de cinq missions : observatoire régional, animation territoriale, appui aux porteurs de projets, éducation à la citoyenneté mondiale, appui et relais des politiques publiques concernées. Occitanie Coopération fait partie des douze réseaux régionaux multi-acteurs des coopérations et des solidarités internationales implantés en France.

Informations pratiques

Bureaux
Le Périscope – Parc technologique du Canal
7 rue Hermès
31520 RAMONVILLE

La Halle Tropisme – Bureau 39
121 rue Fontcouverte
34070 MONTPELLIER

Siège
Le Périscope – Parc technologique du Canal
7 rue Hermès
31520 RAMONVILLE

Contact
Tél : 05 32 26 26 73
Mail : equipe@oc-cooperation.org

Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères
Agence Française de Développement
Région Occitanie
Fondation Pierre Fabre
Toulouse Métropole
Le Sicoval
Service Civique
Agence de l'Eau Adour-Garonne
Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse